Nous utilisons des cookies dans le but d’améliorer notre site. Nous utilisons un script PIWIK Analytics pour ces cookies de performance. Pour plus d’information, vous pouvez vous référer à la rubrique Politique de confidentialité et Condition d’utilisation pour savoir comment modifier les paramètres de l'analyse Internet par PIWIK (par exemple, désactiver les cookies / opt-out).

 

D'Accord

;

Comprendre ma douleur

Douleur neuropathique postopératoire

Qu’est-ce que la douleur neuropathique postopératoire?

Après une chirurgie, les patients peuvent ressentir divers degrés de douleur. Bien qu’il soit normal que la plupart des patients ressentent une certaine douleur après une intervention chirurgicale, cette douleur devrait être de courte durée (douleur postopératoire aiguë). Dans certains cas, la douleur peut perdurer longtemps après l’intervention chirurgicale ou le temps de guérison estimé, parfois pendant des mois, voire des années. C'est ce qu'on appelle la douleur postopératoire chronique (de longue durée).1 Si cette douleur est liée à des lésions nerveuses, on parle de douleur neuropathique postopératoire.2

Quelles sont les causes de la douleur neuropathique postopératoire ?

La douleur neuropathique postopératoire (DNPO) peut se développer si des nerfs ont été endommagés durant une intervention chirurgicale.3 Les nerfs endommagés ne sont plus capables de transmettre correctement les signaux des diverses parties du corps vers le cerveau. Les signaux deviennent exagérés provoquant une douleur chronique pouvant persister pendant des mois voire des années.3 Environ 10% à 50% des patients développent une douleur chronique après une intervention chirurgicale. Cette variabilité dans la proportion des patients dépend de plusieurs facteurs, notamment le type de chirurgie, le niveau de douleur avant et juste après la chirurgie, l'endroit de l’intervention chirurgicale ou toute maladie/affection sous-jacente.2

Quels sont les symptômes typiques de la douleur neuropathique postopératoire ?

Les signes et symptômes de la DNPO sont généralement limités ou localisés à la zone du corps où l'intervention chirurgicale a eu lieu.4 C'est pourquoi la DNPO est considérée comme un type de douleur neuropathique localisée (DNL), ou comme une douleur cicatricielle; étant donné qu'elle survient souvent autour de l'emplacement de la cicatrice.5 La DNPO peut être décrite comme une douleur «lancinante » ou « fulgurante». Les patients souffrant de DNPO peuvent être soit très sensibles au toucher (hypersensibles), soit insensibles au toucher (hyposensibles). Bien que moins fréquent, certains patients peuvent ressentir des « démangeaisons » ou des « engourdissements ».3,6

Comment la douleur neuropathique postopératoire est-elle diagnostiquée ?

Il existe des caractéristiques clés de la DNPO qui aident les médecins à établir un diagnostic:4

  • La douleur se développe, ou augmente, après une opération
  • La douleur perdure pendant au moins 3 mois après l'opération et affecte considérablement la qualité de vie
  • La douleur est une continuation de la douleur aiguë (à court terme) ressentie après l'opération, ou elle se développe après une période sans symptômes
  • La douleur est limitée ou localisée à la zone du corps où l’intervention a eu lieu
  • La douleur n’est pas suspectée d’être due à d'autres causes, telles qu'une infection ou un cancer

Vous devez informer votre médecin si vous avez subi une intervention chirurgicale et que vous souffrez maintenant de douleurs chroniques dans la zone concernée.

Que pouvez-vous faire?

Si vous avez subi une intervention chirurgicale et que vous ressentez une douleur qui perdurent depuis plus de 3 mois, nous vous conseillons de compléter le « questionnaire sur ma douleur » et de consulter votre médecin.

Le questionnaire sur ma douleur est un outil utile pour aider à communiquer plus efficacement la douleur avec un médecin et l'aide à établir un diagnostic précis de la cause de la douleur chronique. Il vous aidera à décrire la douleur chronique, sur quelle partie de votre corps elle survient et s’il existe des facteurs déclenchants. Avant votre consultation, pensez à compléter précisément le questionnaire, et imprimer-le pour pouvoir en discuter avec votre médecin.

De plus, le journal de bord peut être utilisé pour documenter et suivre la douleur d'une personne; comment elle se sent au quotidien, si elle s'en sort, son niveau actuel de douleur et les effets indésirables des traitements prescrits/recommandés.

La douleur neuropathique peut être difficile à comprendre et à gérer au quotidien. La trousse à outils CHANGE PAIN vous fournit des conseils et astuces pratiques sur l'autogestion.

 

Attention : Les informations présentées sur ce site ne remplacent pas une consultation avec un professionnel de la santé. Seul un professionnel de la santé peut décider des procédures de diagnostic et des options de traitement les mieux adaptées à chaque individu.
  • Voir les références

    1. Schug SA, Lavand’Homme P, Barke A, Korwisi B, Rief W, Treede RD. The IASP classification of chronic pain for ICD-11: Chronic postsurgical or posttraumatic pain. Pain 2019; 160: 45–52.

    2. Shipton E. Post-surgical neuropathic pain. ANZ J Surg 2008; 78: 548–55.

    3. Searle RD, Simpson KH. Chronic post-surgical pain. Contin Educ Anaesthesia, Crit Care Pain 2009; 10: 12–4.

    4. Werner MU, Kongsgaard UE. Defining persistent post-surgical pain: Is an update required? Br J Anaesth 2014; 113: 1–4.

    5. Universitair Pijn Centrum Maastricht. Scar Tissue Pain. Maastricht UMC+. .

    6. Macrae WA. Chronic post-surgical pain: 10 Years on. Br J Anaesth 2008; 101: 77–86.