Nous utilisons des cookies dans le but d’améliorer notre site. Nous utilisons un script PIWIK Analytics pour ces cookies de performance. Pour plus d’information, vous pouvez vous référer à la rubrique Politique de confidentialité et Condition d’utilisation pour savoir comment modifier les paramètres de l'analyse Internet par PIWIK (par exemple, désactiver les cookies / opt-out).

 

D'Accord

;

Comprendre ma douleur

Névralgie post-herpétique

Qu’est-ce que la névralgie post-herpétique ?

La névralgie post-herpétique (NPH) est une complication du zona. Le zona est causé par une infection par le virus herpès zoster (varicelle), entraînant une inflammation des cellules nerveuses. Dans la plupart des cas, il disparait en quelques semaines.1 Le zona peut être très douloureux, mais cela est encore pire lorsque la douleur persiste après la disparition des éruptions cutanées et des vésicules du zona.1 Cette douleur qui persiste après un zona est appelée névralgie post-herpétique. Il s'agit d'un type de douleur neuropathique (neurogène) qui peut durer des mois, voire des années après l'infection initiale.1,2

Quelles sont les causes de la névralgie post-herpétique ?

La névralgie post-herpétique survient lorsque des nerfs sont endommagés à cause d'une infection antérieure par le virus herpès zoster. Les nerfs endommagés ne sont plus capables de transmettre correctement les signaux de la peau vers le cerveau.1 Environ 1 personne sur 8 âgée de plus de 50 ans développera une NPH suite à un zona. Le risque de NPH augmente également avec l'âge.2

Quelles sont les symptômes typiques de la névralgie post-herpétique?

Les symptômes de la névralgie post-herpétique (NPH) sont très souvent limités ou localisés à la zone de peau où les vésicules du zona sont apparues en premier.1 C'est pourquoi la NPH est souvent désignée comme étant un type de douleur neuropathique localisée (DNL).3 La douleur chronique associée à la NPH peut être décrite comme une douleur « brûlante », « lancinante », douloureuse ou qui démange.
Les patients souffrant de NPH ont souvent une peau hypersensible, comme lorsqu’on a un gros coup de soleil, et peuvent ne pas supporter le simple contact des vêtements sur la zone affectée. C'est ce que les médecins appellent allodynie.1,4

Comment la douleur post-herpétique est-elle diagnostiquée ?

Les médecins ont souvent du mal à diagnostiquer la NPH, en particulier chez les personnes qui ont un zona mais pas l'éruption cutanée typique4,5. Les patients doivent donc informer leur médecin s’ils ont eu un zona par le passé et qu’ils ressentent à présent une douleur chronique dans la zone concernée. Les examens physiques et neurologiques sont très importants pour aider à diagnostiquer la NPH. Une partie de l'examen neurologique consiste à tester la sensation dans la zone touchée - cela peut se faire à l’aide d’un coton-tige, d’une piqûre d'épingle, d’un matériel chaud et froid ou d’une pression.5

Le médecin peut également poser des questions sur l'intensité de la douleur (en utilisant une échelle de douleur), la durée, la fréquence et d'autres observations dans votre vie quotidienne. Il est également important de décrire vos symptômes de manière aussi détaillée que possible.6,7

Que pouvez-vous faire?

Avec un diagnostic correct, un traitement précoce peut influencer positivement l'évolution de la NPH.8 Alternativement, pour réduire le risque de développer un zona, vous pouvez discuter de la vaccination avec votre médecin.1 Si vous souffrez d'une douleur chronique après un zona et que vous pensez qu'il pourrait s'agir d'une NPH, nous vous conseillons de compléter le « questionnaire sur ma douleur » et de consulter votre médecin.

Le questionnaire sur ma douleur est un outil utile pour aider à communiquer plus efficacement la douleur avec un médecin et l'aide à établir un diagnostic précis de la cause de la douleur chronique. Il vous aidera à décrire la douleur chronique, sur quelle partie de votre corps elle survient et s’il existe des facteurs déclenchants. Avant votre consultation, pensez à compléter précisément le questionnaire, et imprimer-le pour pouvoir en discuter avec votre médecin.

De plus, le journal de bord peut être utilisé pour documenter et suivre la douleur d'une personne; comment elle se sent au quotidien, si elle s'en sort, son niveau actuel de douleur et les effets indésirables des traitements prescrits/recommandés.

La douleur neuropathique peut être difficile à comprendre et à gérer au quotidien. La trousse à outils CHANGE PAIN vous fournit des conseils et astuces pratiques sur l'autogestion.

 

Attention : Les informations présentées sur ce site ne remplacent pas une consultation avec un professionnel de la santé. Seul un professionnel de la santé peut décider des procédures de diagnostic et des options de traitement les mieux adaptées à chaque individu.
  • Voir les références

    1. Weaver BA. The burden of herpes zoster and postherpetic neuralgia in the United States. J Am Osteopath Assoc 2007; 107: S2–7.

    2. Johnson RW, Alvarez-Pasquin M-J, Bijl M, et al. Herpes zoster epidemiology, management, and disease and economic burden in Europe: a multidisciplinary perspective. Ther Adv Vaccines 2015; 3: 109–20.

    3. Mick G, Baron R, Finnerup NB, et al. What is localized neuropathic pain? A first proposal to characterize and define a widely used term. Pain Manag 2012; 2: 71–7.

    4. Sampathkumar P, Drage LA, Martin DP. Herpes zoster (shingles) and postherpetic neuralgia. Mayo Clin Proc 2009; 84: 274–280.

    5. Nalamachu S, Morley-Forster P. Diagnosing and managing postherpetic neuralgia. Drugs and Aging 2012; 29: 863–9.

    6. Morlion B, Coluzzi F, Aldington D, et al. Pain chronification: what should a non-pain medicine specialist know? Curr Med Res Opin 2018; 34: 1169–78.

    7. Kress HG, Aldington D, Alon E, et al. A holistic approach to chronic pain management that involves all stakeholders: Change is needed. Curr Med Res Opin 2015; 31: 1743–54.

    8. Bouhassira D, Chassany O, Gaillat J, et al. Patient perspective on herpes zoster and its complications: An observational prospective study in patients aged over 50 years in general practice. Pain 2012; 153: 342–9.