Nous utilisons des cookies dans le but d’améliorer notre site. Nous utilisons un script PIWIK Analytics pour ces cookies de performance. Pour plus d’information, vous pouvez vous référer à la rubrique Politique de confidentialité et Condition d’utilisation pour savoir comment modifier les paramètres de l'analyse Internet par PIWIK (par exemple, désactiver les cookies / opt-out).

 

D'Accord

;

Comprendre ma douleur

La polyneuropathie diabétique douloureuse

Qu’est-ce que la polyneuropathie diabétique douloureuse ?

La polyneuropathie diabétique est une complication du diabète, une maladie au cours de laquelle les patients présentent des taux élevés de sucre dans le sang sur une période de temps prolongée, entrainant potentiellement des problèmes dans l’ensemble du corps.1 La neuropathie est une lésion ou un dysfonctionnement d'un ou plusieurs nerfs et la polyneuropathie est une lésion ou un dysfonctionnement de plusieurs nerfs qui s'étendent de la moelle épinière aux bras, aux mains, aux jambes et/ou aux pieds. On estime que la polyneuropathie diabétique (PND) affecte près de 50 % des adultes diabétiques au cours de leur vie.2

Les personnes atteintes de diabète peuvent souvent avoir des lésions nerveuses localisées qui peuvent provoquer un type de douleur chronique connue sous le nom de NDP douloureuse (douleur neurogène liée au diabète ou neuropathie diabétique périphérique), qui est un type de douleur neuropathique.1

Quels sont les causes de la polyneuropathie diabétique douloureuse ?

Il existe un certain nombre de facteurs qui peuvent contribuer ou augmenter le risque qu'une personne diabétique développe une polyneuropathie diabétique, notamment :

  • Un taux élevé de sucre dans le sang (glucose), qui peut provoquer des modifications chimiques des nerfs et altérer leur capacité à transmettre des signaux1
  • Des facteurs métaboliques, tels que des taux élevés de triglycérides et de cholestérol (fréquemment surveillés chez les patients diabétiques), ainsi que le surpoids ou l'obésité1
  • La durée du diabète3,4
  • Le fait de fumer3,4

Ces facteurs augmentent également le risque qu'une personne diabétique développe une polyneuropathie diabétique douloureuse,3 c'est pourquoi il est si important de bien contrôler le diabète.

Quels sont les symptômes typiques de la polyneuropathie diabétique douloureuse?

Bien que la PND douloureuse puisse affecter toutes les parties du corps, elle est le plus souvent localisée au niveau des extrémités, en commençant par les pieds (les orteils et la plante des pieds).5 Au fil du temps, la neuropathie se déplace vers les mains et développe une topographie en chaussettes et en gants'. C'est pourquoi la PND douloureuse est également considérée comme un type de douleur neuropathique localisée.6 La douleur chronique associée à la PND peut être décrite comme une douleur « brûlante », « perforante », « lancinante » ou « glaciale ». D'autres symptômes associés à la PND comprennent « engourdissements », « picotements », « faiblesse » et « instabilité ».5

Comment la polyneuropathie diabétique douloureuse est-elle diagnostiquée?

Un examen physique et neurologique sont très importants pour aider à diagnostiquer une PND douloureuse. Une partie de l'examen neurologique consiste à tester vos réflexes, en testant la sensation dans vos bras et vos jambes, et votre force. Le médecin peut également poser des questions sur l'intensité de la douleur (en utilisant une échelle de la douleur), la durée, la fréquence et d'autres observations dans votre vie quotidienne. Il est également important de décrire vos symptômes de manière aussi détaillée que possible.1,7,8

Que pouvez-vous faire?

Les médicaments peuvent aider, y compris le contrôle de la glycémie, et un traitement précoce peut aider à réduire les symptômes de la PND douloureuse.1 Il est donc important de consulter un médecin pour obtenir des conseils concernant le diabète et la PND douloureuse.

Si vous êtes diabétique et pensez que vous souffrez de PND douloureuse, nous vous conseillons de compléter le « questionnaire sur ma douleur » et de consulter un médecin dès que vous le pouvez. Veillez à informer votre médecin que vous êtes diabétique et que vous ressentez à présent une douleur chronique.

De plus, le journal de bord peut être utilisé pour documenter et suivre la douleur d'une personne; comment elle se sent au quotidien, si elle s'en sort, son niveau actuel de douleur et les effets indésirables des traitements prescrits/recommandés.

La douleur neuropathique peut être difficile à comprendre et à gérer au quotidien. La trousse à outils CHANGE PAIN vous fournit des conseils et astuces pratiques sur l'autogestion.

 

Attention : Les informations présentées sur ce site ne remplacent pas une consultation avec un professionnel de la santé. Seul un professionnel de la santé peut décider des procédures de diagnostic et des options de traitement les mieux adaptées à chaque individu.
  • Voir les références

    1. Callaghan BC, Cheng HT, Stables CL, Smith AL, Feldman EL. Diabetic neuropathy: Clinical manifestations and current treatments. Lancet Neurol 2012; 11: 521–34.

    2. Hicks CW, Selvin E. Epidemiology of Peripheral Neuropathy and Lower Extremity Disease in Diabetes. Curr Diab Rep 2019; 19: 86.

    3. Sundara Rajan R, de Gray L, George E. Painful diabetic neuropathy. Contin Educ Anaesth Crit Care Pain 2014; 14: 230–5.

    4. Tesfaye S, Chaturvedi N, Eaton SEM, et al. Vascular Risk Factors and Diabetic Neuropathy. N Engl J Med 2005; 352: 341–50.

    5. Feldman EL, Callaghan BC, Pop-Busui R, et al. Diabetic neuropathy. Nat Rev Dis Prim 2019; 5: 1–18.

    6. Mick G, Baron R, Finnerup NB, et al. What is localized neuropathic pain? A first proposal to characterize and define a widely used term. Pain Manag 2012; 2: 71–7.

    7. Morlion B, Coluzzi F, Aldington D, et al. Pain chronification: what should a non-pain medicine specialist know? Curr Med Res Opin 2018; 34: 1169–78.

    8. Kress HG, Aldington D, Alon E, et al. A holistic approach to chronic pain management that involves all stakeholders: Change is needed. Curr Med Res Opin 2015; 31: 1743–54.